Boy Diola

DI√ČM√Č Yancouba

2010. Un documentaire sur des migrants d√©barquant en Corse provoque un dialogue qui permet √† un fils de d√©couvrir le chemin parcouru par son p√®re S√©n√©galais. Les ports et leurs bateaux faisaient r√™ver le jeune gar√ßon d‚Äôalors, qui voulait avoir un m√©tier. Dakar, Marseille, Aulnay-sous-Bois et l‚Äôusine Citro√ęn, une premi√®re √©pouse trouv√©e au bled, puis une deuxi√®me… Neuf enfants plus tard, le petit dernier, qui ne sait pas tout, raconte.¬†¬†Yancouba Di√©m√©, n√© en France, parle avec respect et √©motion du parcours de son p√®re. Dans ce premier roman, il √©voque la Casamance, ses difficult√©s d‚Äôacc√®s, ses conflits ethniques, ses coutumes et traditions. L‚Äôimportance du p√®re √©ducateur, le respect du travail, la pratique du sport, la solidit√© des r√©seaux familial et amical transparaissent au fil de la reconstitution (un peu embrouill√©e) de la chronologie paternelle. La souffrance vite oubli√©e, la d√©brouillardise √† la limite de l‚Äôhonn√™tet√©, une vitalit√© hors norme fa√ßonnent le jeune homme pr√™t √† tout. Dialogues en fran√ßais parl√©, phrases courtes et directes animent cette le√ßon de vie au ton sobre. Une √©vocation juste de la pauvret√© africaine et de la difficile √©migration ‚Äď hier comme aujourd‚Äôhui. (M.-P.R. et A.Le.)