Les Spadassins

EVETTE Jean-Baptiste

Ils se rencontrĂšrent par hasard. Zampini (le narrateur lettrĂ©) fuyait la police italienne, Vitteaux, jeune cadet noble spoliĂ©, fourbissait furieusement ses armes pour se venger. Ainsi naquit un compagnonnage apparemment mal assorti que les aventures communes soudĂšrent de 1560 Ă  1583. Les guerres de religion ravageaient alors la France. Religieuses Ă  l’origine, elles servaient souvent de prĂ©texte aux nobles pour rĂ©gler leurs querelles politiques ou familiales, sans morale ni honneur. Les troupes de mercenaires, supportant mille misĂšres pour une vie de ripailles, vivaient sur l’habitant, dĂ©truisant les villes, saccageant les campagnes. Les paysans subissaient vols, viols, maladies, famine. Une incontestable Ă©rudition nourrit ce rĂ©cit.  Dans ses prĂ©cĂ©dents romans (Cf. Rue de la Femme-sans-TĂȘte, NB novembre 2000), l’auteur restituait l’atmosphĂšre d’une ville. Ici, il fait revivre un pays tout entier Ă  travers une sĂ©rie d’aventures extrĂȘmement variĂ©es, parfois rocambolesques (poursuites, combats, emprisonnements, Ă©vasions, amours…). Sans dĂ©veloppement inutile, chaque dĂ©tail relance l’action sur un rythme haletant qui finit par essouffler le lecteur malgrĂ© de rĂ©jouissantes et inventives formules.