Les singes bleus.

IKEZAWA Natsuki

& &

 

Yoriko, jeune et brillante volcanologue, ne vit que par et pour les plaques tectoniques du mont Asama (Japon). Professeur d‚Äôune rigueur exemplaire, elle met volontairement entre parenth√®ses l‚Äôaventureux photographe Shogo afin d‚Äô√©viter tout trouble int√©rieur. Mais l‚Äô√©trange publicitaire Monden lui d√©taille un jour avec force arguments adroits son projet Kismet (‚Äúdestin‚ÄĚ en turc), fond√© sur une mise √† disposition t√©l√©phonique al√©atoire de r√©cits vari√©s, puis de pr√©visions individuelles. D‚Äôabord incr√©dule puis participative, Yoriko commence alors √† remettre en question ses d√©sirs, doutes et projets personnels‚Ķ

 

L‚Äôauteur d√©montre avec un ton original et une grande finesse la tentation fr√©quente de d√©vier le cours naturel des choses dans l‚Äôespoir d‚Äôun quelconque profit‚Ķ Le pouvoir √©vocateur des mots peut facilement, sans r√©flexion pr√©alable, g√©n√©rer des existences d√©sincarn√©es et uniformis√©es. Des questions m√©taphysiques essentielles, telle l’irruption de l’irrationnel dans une vie rationnelle, sont pos√©es avec po√©sie et d√©licatesse¬†: ce plaidoyer pour la r√©appropriation d‚Äôun monde r√©el, sensible, non plus calculateur ni soumis, a un charme certain.