Les ombres

JORDAN Neil

Les brumes irlandaises effacent les contours de toutes les r√©alit√©s : celles que Nina, n√©e avant 1900, assassin√©e en 1953, transcende avec un imaginaire exalt√©. L’Ombre qu’elle est d√©sormais revit les paradis de l’enfance √† la campagne avec Gregory, demi-fr√®re trop proche, leurs amis, George et sa soeur : ins√©parable quatuor, sans oublier Esther, la poup√©e m√©dium. Br√®ve et inoubliable, la liaison de George et Nina scelle son destin : elle fuit. Th√©√Ętre et cin√©ma la r√©v√®lent. Les horreurs de la Grande Guerre meurtrissent les gar√ßons : George sombre dans la folie, Gregory accompagne Nina dans les l√©g√®ret√©s du spectacle tandis que celle-ci s’avance vers son funeste destin. ¬†Passag√®re intemporelle d’un au-del√† fantastique empli de r√™ves, de symboles, Nina analyse avec subtilit√© comportements, d√©sirs, d√©chirures de vivants si charnellement pr√©sents. Une deuxi√®me partie moins onirique, plus descriptive, raconte le destin de chacun. Gr√Ęce √† une construction rigoureuse, un style tr√®s personnel, ces deux mondes cohabitent harmonieusement. Cin√©aste, l’auteur a √©crit un roman envo√Ľtant, lyrique, tr√®s visuel, aux th√®mes multiples, o√Ļ vivants, spectres et nature entrent en r√©sonance.