Les Hommes immobiles

LE PÊCHEUR Didier

Un groupe d’amis meurtris par la Grande Guerre se réfugie au vieux château de Maurepas : Paulin, seul fils survivant de la Comtesse, Martinien : compagnon d’enfance, Prisca qu’ils aiment tous deux et entre lesquels elle ne peut choisir, un Juif allemand défiguré et en fuite, un Russe déçu par la Révolution d’Octobre, puis deux femmes fascinées. D’abord ils restent immobiles, de peur de faire vaciller leur faible souffle, le musicien morphinomane ne compose pas, l’instituteur idéaliste n’enseigne pas, l’écrivain muet écrit pour lui seul, le peintre volubile ne perce pas. Progressivement pourtant, ils se remettent en marche. Y contribuent le fils sagace né de Prisca et de deux pères. Prisca elle-même brise définitivement la coquille en les quittant pour accomplir son destin.  Un roman profond et poétique comme Le bord du monde (NB juillet 1998). L’auteur, scénariste et réalisateur, sait réinventer l’atmosphère particulière de l’entre-deux guerres faite de désillusions et de progrès, et modeler des personnages attachants, jusqu’au plus insignifiant d’entre eux. Un monde poignant, mais pas désespéré, peint d’une écriture juste.