Les derniers jours de Roland B.

ALGALARRONDO Hervé

C’est vingt-cinq ans apr√®s la mort de Roland Barthes qu‚ÄôHerv√© Algalarrondo, journaliste au ¬ę Nouvel Observateur ¬Ľ, (cf. Les Beaufs de gauche, NB d√©cembre 1994 ) r√©alise enfin cette biographie intime du pape de la s√©miologie, projet jug√© iconoclaste dans les ann√©es quatre-vingt. Laissant Barthes aux Barth√©siens, l’auteur part √† la recherche des humeurs et des affects de ‚ÄúRoland‚ÄĚ, des lieux qu’il a habit√©s : le sud-ouest et le quartier de Saint-Germain-des-Pr√©s. Il interroge son √©diteur, ses pairs et ses proches, d√©crypte ses textes et ceux qu’on lui a consacr√©s. Les ann√©es qui l’int√©ressent sont celles qui ont juste pr√©c√©d√© et suivi la mort de sa m√®re, quand il donnait ses cours au coll√®ge de France ; le temps o√Ļ il s’identifiait √† Proust et r√™vait d’√©crire un roman. ¬†Progressivement se met en place le portrait path√©tique d’un orphelin inconsolable, grand d√©pressif et homosexuel perp√©tuellement inassouvi, les ann√©es passant, dans sa chasse aux gar√ßons ; sans illusion sur son oeuvre de surcro√ģt ! √Čcrit de fa√ßon vivante et fluide, le livre met √† nu le ma√ģtre √† penser d’antan… √Čtait-ce vraiment n√©cessaire de tant d√©dorer la statue ?