Les derniers jours de Drieu La Rochelle

TERRAY Aude

La libération de Paris est imminente. Drieu La Rochelle pourrait fuir en Suisse. Il reste, mais bien décidé à se donner lui-même la mort plutôt que de comparaître devant un tribunal hostile. Après deux tentatives de suicide en août 1944, il passe l’hiver caché dans une maison isolée et glaciale, avec sa fidèle servante. Ses deux ex-femmes (la première est juive), sa maîtresse en titre (épouse de l’industriel Louis Renault) et d’anciennes compagnes veillent sur lui. Par le biais des journaux, il suit les procès d’intellectuels. Apprenant qu’il est activement recherché, il met fin à ses jours le 15 mars 1945.   Après les biographies de madame Malraux et de madame Pompidou (Claude Pompidou, l’incomprise, NB novembre 2010), Aude Terray livre le récit impressionnant des derniers mois de Drieu La Rochelle, une longue agonie mentale. D’opportuns retours dans le passé permettent de comprendre la dérive de cet intellectuel amer, de sensibilité plutôt socialiste, que ses rencontres avant-guerre avec Doriot et Abetz menèrent au fascisme et à l’antisémitisme. Cet ouvrage objectif, sans indignation ni sensiblerie, restitue l’ambiance délétère et peu glorieuse de l’épuration. C’est aussi une intéressante analyse psychologique d’un personnage complexe et fragile, dans sa vie privée comme dans sa vie publique. (P.S. et A.-C.C.M.)