Les couloirs du temps.

MAMLE√ŹEV Iouri

Alors qu’il se prom√®ne dans le quartier de l’Arbat √† Moscou, Pavel est accost√© par un vieillard qui lui conseille d’aller √† une r√©ception pour rencontrer ¬ę¬†une soci√©t√© choisie¬†¬Ľ. Parmi tous ces inconnus, il voit une fille dont il tombe amoureux et une autre avec laquelle il aura une rapide exp√©rience sexuelle dans un placard. Revenu le lendemain pour rapporter un manteau emport√© par m√©garde, rien ne correspond √† son souvenir, bien au contraire, ceux qu’il a vus la veille sont morts depuis longtemps, lui dit-on. Et c’est ainsi qu’il p√©n√®tre un autre monde, un monde glauque o√Ļ le temps n’est qu’une illusion, les humains autant de semi-cadavres vivant en marge de l’espace et du temps. Ces personnages, totalement absurdes, semblent avoir pour mission l’exploration des cercles insondables de l’√™tre‚Ķ Le lecteur qui n’est pas rompu √† ce genre de subtilit√©s risque d’√™tre vite d√©pass√©, et ce, malgr√© un style agr√©ablement familier et d√©bonnaire. Excellent sp√©cimen de litt√©rature grotesque comme La Derni√®re com√©die (N.B. oct.-nov. 1988).