Les Champs d’honneur.

ROUAUD Jean, DEPREZ Denis

Un enfant d√©crit sa famille √† partir du souvenir des disparitions successives de ses proches. La mort de chaque personnage devient le point de d√©part d‚Äôune √©vocation souvent chaleureuse et humaine de ce dernier. Le r√©cit d√©bute par le d√©c√®s le plus r√©cent, celui du grand-p√®re bougon et secret. Il remonte ensuite √† celui de la tante bigote et vieille fille qui deviendra g√Ęteuse √† la mort du Papa, mais qui auparavant savait si bien √©voquer les souvenirs de la guerre de 14 et de ses fr√®res disparus dans les tranch√©es‚Ķ. ¬†L‚Äôadaptation du Goncourt de 1990, int√©ressante, manque d‚Äôespace pour que sa construction √† reculons puisse √™tre saisie sans difficult√© √† travers les soixante-quatre pages de l‚Äôalbum. Comment reconna√ģtre ces personnages qu‚Äôon a vus morts au d√©but et qui reprennent vie par la suite ? La recherche graphique est originale, chaque case formant un petit tableau embrum√© √† l‚Äôaquarelle, avec des tons majoritairement noirs ou sanglants. Le r√©sultat est un album peu ordinaire, mais dans lequel l‚Äôatmosph√®re morbide n‚Äôest pas compens√©e par la truculence des personnages.