Le vieux bateau

ZHANG Wei

À Wali, dans le nord-est de la Chine, la famille Sui dirigeait depuis des temps immémoriaux une importante fabrique de vermicelles. Le port était rempli de bateaux qui descendaient le fleuve jusqu’à la mer pour exporter la précieuse marchandise dans le monde entier. Désormais le fleuve est tari, il n’y a plus de bateaux et les enfants de la dynastie Sui sont emportés, avec les familles voisines, dans les turbulences révolutionnaires. Cette fresque retrace sur plus de trente ans la vie d’un petit bourg de la province de Shandong dont Zhang Wei est originaire. Le vieux bateau, écrit en 1985, est son premier roman et a rencontré un immense succès. L’auteur, né en 1955, est considéré comme une figure majeure de la littérature contemporaine chinoise. Les épisodes liés à l’application de la politique du gouvernement communiste de Mao Tsé-toung sont « évoqués ». Le décalage entre cette « évocation » et les résultats ubuesques et terrifiants qui en découlent s’en trouve renforcé. La description distanciée des blessures non cicatrisées et le poids des traditions s’entremêlent dans une atmosphère toute orientale. Ce récit allie poésie et grande intensité dramatique, mais le style compact rend la lecture ardue.