Le souhait ; ill. d’Alice Charbin.

NDIAYE Marie

Camélia, toute noire dans ses habits tout blancs, voit ses parents adoptifs comme deux coeurs palpitants qu’elle porte constamment sur elle et qui la pressent d’exprimer son amour. Camélia aimerait bien prendre un peu de distance, au risque de voir les deux coeurs mourir de froid… Étrange histoire flottant entre poésie et allégorie. On est hors du temps : comme le coeur de ces parents taraudés par leur désir d’enfant. La fillette est écrasée par l’amour envahissant de ces inconnus. Est-ce un rêve ? La chute ramène à la réalité : Camélia découvre qu’elle a « de vrais parents au coeur bien caché ». Cette réaction d’enfant, face à un amour parental omniprésent et étouffant, concerne-elle les lecteurs enfants ?