Le soir autour des maisons

LEVRAUD Murielle

Elle est comme cela Brune-Olive, se pointant √† 6h30 du matin chez ses nouveaux voisins pour demander du caf√©, remettant en place les clients m√©contents ou organisant de pantagru√©liques go√Ľters autour de concours d’araign√©es. Mais quand s’annonce sa mort, elle en pr√©pare l’apr√®s par un monceau de lettres √† distiller selon les circonstances‚Ķ allant m√™me jusqu’√† pousser la voisine √† r√©conforter, mais pas trop, son mari lorsqu’il sera d√©sempar√©.¬†Apr√®s N’allez pas croire qu’ailleurs l’herbe soit plus verte‚Ķ Elle est plus loin et puis c’est tout (NB. ao√Ľt-septembre 2005), l’auteure raconte l’ordinaire des gens du village de La Garde et nous prom√®ne avec espi√®glerie et d√©sinvolture dans sa ¬ę for√™t des mots sauvages (‚Ķ) bord√©e de buissons de parenth√®ses (‚Ķ) avec des clairi√®res parsem√©es de virgules ¬Ľ. Une balade dans le temps, sans ordre √©tabli, o√Ļ des trouvailles d’√©criture rel√®vent avec humour la banalit√© du quotidien d’un petit village dans lequel chacun regarde l’autre derri√®re son carreau.