Le secret de Rachel

REYNAUD Florence

1942. Devant la montée de l’antisémitisme, un couple bordelais décide de mettre leur enfant à l’abri dans une ferme des Pyrénées. Dans l’attente confiante que ses parents viennent la chercher, Rachel, 8 ans, doit s’habituer à une nouvelle vie loin de la ville, et surtout à un nouveau prénom : Jeannette. Pour tromper sa solitude, elle recueille un bébé martre dont la mère a été tuée. Alors que l’animal sauvage se montre de moins en moins farouche, la fillette, petit à petit, se laisse apprivoiser par « Pépé » et « Mémé », ces inconnus. Le contexte historique n’est que la toile de fond du récit. Les persécutions nazies à l’égard des juifs justifient le départ de l’enfant qui souffre d’autant plus de la séparation qu’elle ne comprend pas ce qui lui arrive. L ’histoire est centrée sur son attachement pour la sauvagine, comme elle privée des siens, attachement qui fait écho à l’affection compatissante des fermiers. Le texte, succinct et un peu convenu, touche par la simplicité et la tendresse qui en émanent.