Le Retour du professeur de danse.

MANKELL Henning

L’attention du lecteur, attirée par la croix gammée figurant sur la couverture et la description de la pendaison en 1945 de criminels de guerre allemands, est vite orientée vers le national-socialisme hitlérien et ses suites historiques. Des crimes atroces ont été commis au Nord de la Suède : la police locale, assistée de l’agent d’un lointain commissariat traumatisé par le diagnostic d’une maladie grave, est sur les dents. Le cadre de l’enquête est donc rapidement délimité sans que cela nuise au suspense mais l’agencement des pièces du puzzle s’avère ardu, entre anciens S.S. camouflés, poursuivis par un juif survivant et membres agressifs d’un parti néo-nazi.

 

La couleur locale, les vastes forêts sauvages, les chalets isolés dans une nature peu accueillante contribuent à créer une atmosphère angoissante. Henning Mankell abandonne son héros récurrent, Wallander (La lionne blanche, NB mai 2004, Avant le gel, NB octobre 2005), mais l’exploration psychologique de ses personnages reste aussi fine, dans un style alerte qu’illustre la brève et humoristique postface.