Le murmure des sorcières

RENOIR Marianne

Au large de l’oc√©an Pacifique vit sur une grande √ģle le peuple des sorci√®res. Elles descendent des dragons de Komodo et naissent avec un balai attach√© au coccyx, qui est tranch√© puis remis au b√©b√©. Un jour l’√ģle fut engloutie par une vague gigantesque, 19682 sorci√®res s’envol√®rent alors, chevauchant leurs balais. Apr√®s un long p√©riple elles s’install√®rent sur les toits de Paris. Ka√Į, la plus jeune, fait la connaissance de Marie-Astrid Caramel de Bellegarde. Les fillettes sympathisent et d√©cident d’√©changer leur place! Ka√Į s’incruste dans la famille de Bellegarde tandis que Marie-Astrid apprend √† voler….¬†¬†¬†¬†Ce r√©cit dense et dr√īle arrive √† parler de la diff√©rence dans sa complexit√©. L’autrice √©crit √† la premi√®re personne et s’adresse souvent au lectrice. Elle d√©crit minutieusement des sc√®nes rocambolesques et r√©p√©titives freinant le suspense. Les h√©ro√Įnes, attachantes, expriment nettement les difficult√©s du d√©racinement lorsque les r√īles s’inversent. Dans ce roman, ce n’est pas le peuple des sorci√®res qui est inqui√©tant mais la r√©action des humains (rejet, animosit√©, exclusion, violence…). Une histoire de substitution un peu grin√ßante, porteuse d’une r√©flexion sur le conformisme des adultes. Happy end pour les lecteurs √† partir de 10 ans. (F.C. et A.D.)