Le mirage El Ouafi

COLIN Fabrice

1928. Le marathonien Boughera El Ouafi remporte une médaille d’or aux Jeux olympiques d’Amsterdam. Cette médaille, seule victoire de la France, lui apporte une gloire éphémère. Le champion, issu de l’Algérie coloniale, n’arrivera cependant pas à se maintenir en haut de la société. On l’oubliera vite.Poussé par un certain M., ami algérien de ses parents, Fabrice Colin tente d’écrire une biographie du sportif pour raviver le souvenir de cet homme injustement oublié. C’est le début d’une enquête qui le mène jusqu’en Algérie où il a lui-même vécu. Il interroge des témoins et questionne l’Histoire qui percute ce destin individuel : celle de la France coloniale, celle des première et deuxième guerres mondiales. On sait peu de choses de Boughera El Ouafi, et l’auteur comble les trous. Il fait confiance à son imagination et à son pouvoir d’écrivain. Et si finalement cet engouement pour le marathonien n’était qu’un prétexte pour parler de lui et faire de la littérature ? C’est la démarche de ce récit original et passionnant. Le récit réaliste devient fiction ou mirage, autant de façons d’approcher la vérité. Et c’est le pouvoir de la littérature qui est ici en jeu. (F.E. et J.G.)