Le livre de Gould : roman en douze poissons.

FLANAGAN Richard

Un Australien, Sid Hammet, faux antiquaire fabricant de meubles anciens pour touristes, dĂ©couvre dans un vieux garde-manger, « Le livre des poissons ». Étrange ouvrage, illustrĂ© d’aquarelles, qui aurait Ă©tĂ© Ă©crit par Gould, peintre forçat, entre 1820 et 1832. DĂ©portĂ© sur l’Ăźle Sarah, en Tasmanie, Gould y raconte sa vie et ses amours mais aussi l’enfer du bagne, dirigĂ© par un NapolĂ©on et un chirurgien fous, caressant l’utopie de la crĂ©ation d’une nation-modĂšle qui finira ravagĂ©e dans un gigantesque autodafĂ©. Mais « Le livre des poissons » disparaĂźt et Sid Hammet entreprend de le rĂ©Ă©crire.

 

Le livre de Gould, Ă©crit tantĂŽt Ă  la premiĂšre personne, tantĂŽt Ă  la troisiĂšme comme l’Ă©tait dĂ©jĂ  À contre-courant (NB fĂ©vrier 2001), est d’une construction complexe. Ce roman truculent, illustrĂ© de façon originale et belle, est difficile Ă  suivre (et Ă  lire, en raison de diffĂ©rentes teintes d’encre) pour un lecteur français qui en apprĂ©ciera cependant l’Ă©criture tour Ă  tour fluide et sensuelle ou noire et caustique, et l’humour omniprĂ©sent. Richard Flanagan poursuit son oeuvre romanesque dans laquelle il retrace l’histoire de son peuple. Ce troisiĂšme roman lui a valu le prix du Commonwealth 2003.