Le labyrinthe.

KARNEZIS Panos

&

 

En 1922, une brigade de l‚Äôarm√©e grecque se retrouve perdue et esseul√©e dans le d√©sert de l‚ÄôAnatolie tandis que le reste des troupes a fui devant l‚Äôarm√©e turque victorieuse. Dans une atmosph√®re de d√©b√Ęcle, sous la houlette d‚Äôun g√©n√©ral fantoche qui s‚Äôadonne √† la morphine, le retour en Gr√®ce semble chaque jour plus incertain. Heureusement, un cheval en fuite m√®ne le r√©giment dans une petite bourgade dont la qui√©tude sera irr√©m√©diablement troubl√©e.

 

Panos Karnezis avait √©t√© salu√© comme un √©crivain de talent pour Histoires inf√Ęmes (N.B. juil. 2004) qui √©tait un recueil de nouvelles. Le roman est un exercice o√Ļ il excelle moins car le r√©cit pessimiste s‚Äô√©tire en longueur et manque d‚Äô√©paisseur. Pourtant l‚Äô√©criture reste excellente, d√©crivant avec beaucoup d‚Äôaisance des personnages grotesques qui deviennent des criminels de guerre rong√©s par la culpabilit√©. La volont√© de l‚Äôauteur de livrer un r√©cit √† consonances mythologiques est int√©ressante. Mais, malgr√© ces qualit√©s litt√©raires, le manque de rythme distille chez le lecteur un certain ennui.