Le Jour avant le Lendemain

RIEL JĂžrn

& & & &

 

Ninioq et son petit-fils Manik ont été débarqués sur un ilÎt pour veiller sur la viande et les poissons mis à sécher. Le petit garçon apprend à manier le harpon, à dépecer son premier phoque. Mais le temps passe et personne ne revient les chercher. Ils regagnent le camp et  ne trouvent que des cadavres. Les voilà seuls dans le terrible hiver arctique.

Jorn Riel, ethnologue, s’inspire de la dĂ©couverte qu’il fit sur une Ăźle du Nord Est du Groenland de deux cadavres d’Inuits, morts au XIXe siĂšcle. Conteur, il imagine un scĂ©nario qui est l’occasion de faire revivre les derniers moments de la tribu. La fin est poignante avec la mort choisie, derniĂšre manifestation de tendresse de la grand-mĂšre. Auparavant le rĂ©cit ressuscite, avec la verve des Racontars, les croyances et les coutumes d’une civilisation ignorant le mĂ©tal, avant l’intrusion des Blancs, la disparition des rennes, la famine, la maladie : Les huiles sur toile d’Olivier Desvaux peignent avec force les Ă©tendues dĂ©sertiques, la froideur et la duretĂ© de la glace, la violence de la mer, la profondeur de la nuit. La tonalitĂ© froide et sombre illustre la tristesse de ce destin mais la lumiĂšre qui se dĂ©gage nĂ©anmoins des images est celle de ces vies ranimĂ©es par le rĂ©cit.