Le jeu du Fol.

DEMAGNY Monique

& & &

 

1472, Beauvais est une ville picarde prosp√®re, la cl√© de Paris. Pour d√©fier Louis¬†XI, Charles le T√©m√©raire l‚Äôassi√®ge pendant vingt-cinq jours. L‚Äôauteure √©voque quelques-uns des Beauvaisins, personnages historiques ou fictifs, lors de cet enfermement¬†: le maire, l‚Äô√©v√™que, les hommes d‚Äôarmes, mais surtout des femmes¬†: Jeanne Hachette, bien connue, mais aussi Tiphaine, Jacota‚Ķ L√©anor surtout, une chirurgienne m√©pris√©e par les uns, lou√©e par les autres¬†; elle soigne les bless√©s, r√©conforte les malades¬†; une femme libre. L√©anor consulte parfois un jeu de tarot. Le fol appara√ģt souvent. Veut-il souligner la b√™tise des hommes¬†?

 

L‚Äôauteure, universitaire n√©e √† Beauvais, conna√ģt bien l‚Äôhistoire de sa ville, l‚Äôhistoire √©v√©nementielle mais aussi la cath√©drale et ses vitraux, la vie quotidienne des petites gens qui affrontent la guerre, la peste, la disette. Elle souligne le r√īle des femmes¬†; d√©j√† dans Marie l‚ÄôAcadienne (N.B. f√©v. 2005), elle insiste sur l‚Äôhorreur de la guerre, d√©nonce la suspicion qui p√®se sur les √©trangers, des id√©es tr√®s actuelles. Le style pr√©cis, color√©, est √©maill√© de termes surann√©s qui conviennent √† cet excellent roman historique.