Le Garde-manger du diable.

CRACE Jim

√Ä lui seul, ce titre rattache ces soixante-quatre courtes histoires au r√©alisme parfois macabre de l’oeuvre de Jim Crace (L’√©treinte du poisson, NB avril 2002). Ici, l’humour, que certains taxeront peut-√™tre parfois de noir, mais qui est avant tout fait de finesse, sourd √† chaque page comme un soup√ßon d’√©pices dans une sauce, fait toute la diff√©rence. Pour aboutir au comportement des hommes, tout passe par la nourriture, depuis le fruit cueilli sur l’arbre jusqu’au champignon v√©n√©neux tout aussi tentateur en passant par l’√©change amoureux au cours d’un repas. Quant √† la gourmandise et au chapardage‚Ķ

Soixante-quatre histoires sur le sujet pourraient donner un ensemble lassant et bourratif. Eh bien, non, c’est d√©licieux de subtilit√©, d’inventivit√©, de l√©g√®ret√© et loin d’√™tre rassasi√©, on en reprendrait volontiers, d’autant que la traductrice sert la soupe avec brio.