Le crépuscule des petits dieux.

MINC Alain

Alain Minc a dĂ©jĂ , dans ses prĂ©cĂ©dents ouvrages, dĂ©noncĂ© la dĂ©mocratie d’opinion, produit de la triade juge-opinion-mĂ©dias, le dĂ©clin Ă©conomique et intellectuel français, l’“euroscepticisme” et l’ivresse dĂ©mocratique (le rĂ©sultat Ă©lectoral n’est pas politiquement correct). Il rĂ©itĂšre ses accusations et y ajoute idĂ©ologie du refus, rĂ©ticence Ă  la compĂ©tition, individualisme, consumĂ©risme et laisser-aller moral. Le rejet des Ă©lites par les citoyens, fruit du “nĂ©opopulisme”, s’est exprimĂ© lors du vote sur la Constitution europĂ©enne. Il Ă©tudie minutieusement rĂŽle du marchĂ©, crĂ©puscule des intellectuels, manque d’indĂ©pendance de la presse et une “hyperdĂ©mocratie”, formule-choc peu claire. La notoriĂ©tĂ© aurait remplacĂ© la valeur en matiĂšre d’opinion. De multiples considĂ©rations sur la dĂ©rision et l’impunitĂ© des coupables renforcent l’impression de pessimisme.

 

Le lecteur est inondĂ© d’un dĂ©luge de connaissances, conscient de l’amertume du rĂ©dacteur et peu convaincu par des propositions floues. Il s’agit surtout d’un constat peu innovant.