Le couvre-feu d’octobre

HAMELIN Lancelot

Octavio quitte Oran en 1955 pour s’inscrire Ă  la Sorbonne. Judith, son premier amour dĂ©laissĂ©, Ă©pouse son frĂšre aĂźnĂ©, policier mutĂ© Ă  Paris en 1957. L’Ă©tudiant s’implique progressivement dans les actions clandestines des nationalistes algĂ©riens. Il se cache dans le bidonville de Nanterre oĂč les mĂ©thodes musclĂ©es du FLN ont parfois peu Ă  envier aux cruautĂ©s de la rĂ©pression policiĂšre. Déçu par l’ambiguĂŻtĂ© des politiques, Octavio « trahit » ses camarades et se rĂ©fugie chez son frĂšre et Judith. Le drame familial y trouvera sa conclusion Ă  l’heure de l’indĂ©pendance algĂ©rienne. La vie d’Octavio de 1955 Ă 1962, c’est la durĂ©e de la guerre d’AlgĂ©rie. La relation de son engagement dans les activitĂ©s du FLN en mĂ©tropole et de ses Ă©tats d’Ăąme successifs s’affranchit ici du manichĂ©isme qui a longtemps prĂ©valu sur ce sujet. Dans un style nerveux, Lancelot Hamelin donne vie Ă  ses personnages et restitue avec rĂ©alisme l’atmosphĂšre de l’Ă©poque et le sinistre bidonville. Ce roman de l’Ă©chec et de la dĂ©sillusion laisse entrevoir, malgrĂ© quelques maladresses, un talent certain.