Partage de l’infini.

ZEIN Ramy Khalil

Pour cette famille palestinienne, la vie a bascul√© avec l’occupation isra√©lienne. La colline couverte d’oliviers a √©t√© ras√©e pour faire place √† une colonie. L’eau est rationn√©e, les routes sont coup√©es, plus d’√©cole ni d’universit√©, plus de travail pour les hommes, l’arm√©e les harc√®le. Les deux fils ont rejoint la R√©sistance, l’a√ģn√© est mort en prison sous la torture, le second, kamikaze, a √©t√© pulv√©ris√© par sa ceinture d’explosifs. La maison est d√©truite en repr√©sailles. Mais les Isra√©liens sont-ils plus heureux ? Ron participe √† l’exp√©dition punitive, il √©prouve un profond malaise √† la vue du vieillard suppliant agenouill√© √† ses pieds. Pourtant il s’oppose √† Haim, son fr√®re, militant impuissant d’une organisation pacifiste.

Illustr√© par des personnages saisis dans leur humanit√© souffrante, le conflit entre les deux peuples para√ģt irr√©m√©diable. En termes bouleversants, ces hommes et ces femmes crient leur douleur, √©voquent le bonheur perdu. Plus que n’importe quel reportage ce roman impressionnant d’un Arabe francophone plonge le lecteur dans la tristesse et ne laisse entrevoir aucun espoir.