Le Conservatoire de l’amour

PAGNARD Rose-Marie

Dans un pays ind√©fini, deux soeurs, Gretel et Gretchen, joueuses de fl√Ľte √† bec, r√™vent d’aller √©tudier au conservatoire comme leur fr√®re Hansel. Papa, pater familias autoritaire mais aimant, s’y oppose et maman, cr√©ature r√™veuse, embrum√©e de m√©dicaments et de vin, ne les aide gu√®re. Alors elles fuguent, font d’√©tonnantes rencontres sur le chemin. Elles se retrouvent dans une morgue partiellement d√©saffect√©e dont le gardien est charg√© de leur faire passer les examens d’entr√©e dudit conservatoire‚Ķ ¬†√Čtranges √©preuves d’initiation, √©tranges situations, √©tranges personnages. Rien n’est classique dans ce roman onirique, burlesque, fr√īlant souvent le fantastique, servi par un style original, d√©contract√©, fait de longues phrases avec de fr√©quentes incises. Rose-Marie Pagnard construit un monde aux limites du r√©el, semblable √† celui de Dans la for√™t, la mort s’amuse (NB f√©vrier 1999). La passion amoureuse, filiale, fraternelle ou autre, et la passion de la musique s’y heurtent ou s’enlacent. On se laisserait volontiers entra√ģner par l’inventivit√© cr√©atrice du roman qui, malheureusement, p√Ętit de certaines longueurs.