L’arracheuse de dents

GIESBERT Franz-Olivier

Dans un manuscrit d√©couvert √† Nantucket, une a√Įeule se raconte. Paysanne normande n√©e en 1777, Lucile monte √† Paris en 1789, puis gr√Ęce √† son m√©tier de dentiste, soigne et c√ītoie les grands personnages de la R√©volution fran√ßaise. S√©ductrice, coriace, elle hait la barbarie, mais tue pour r√©gler ses comptes. En 1794, elle s‚Äôenfuit sur un bateau n√©grier pour l‚ÄôAm√©rique, elle y exerce son m√©tier sur des hommes c√©l√®bres de l’√©poque Am√©ricaine et ‚Äď outre trois nuits avec Napol√©on- participe aux soubresauts de l’histoire des Etats-Unis jusqu’√† sa mort en 1876‚Ķ¬†¬†Ce r√©cit plein de rebondissements autorise l‚Äôauteur (L‚Äôamour est √©ternel tant qu‚Äôil dure, NB ao√Ľt 2014) √† d√©mythifier les h√©ros de deux grandes nations, en d√©voilant leurs dents g√Ęt√©es et leurs faiblesses et bassesses : violence, trahison, manipulation‚Ķ Les aventures truculentes, le culot, la langue ac√©r√©e de cette justici√®re au grand coeur et au couteau ac√©r√©, amusent. Si l‚Äôauteur excelle √† bousculer l‚ÄôHistoire, le proc√©d√© r√©p√©titif de ce jeu de massacre a des limites ! Le roman, long mais dr√īle, dresse aussi un tableau peu √©difiant de la nature humaine hier comme aujourd’hui et laisse peu d‚Äôoptimisme pour le futur. (P.B. et M.Bo.)