La vie dont nous rêvions

SACKS Michelle

Sam et Merry ont quitté New York, abandonnant leurs carrières d’universitaire et de décoratrice-scénographe pour entamer une nouvelle vie en Suède, dans une maison isolée héritée d’une tante. Avec la naissance de Connor, c’est une famille idyllique qui se dessine. Francesca, dite Frank, l’amie d’enfance de Merry, leur rend visite : élégante, aguicheuse, elle symbolise la femme libre ayant réussi. Elle découvre les joies de la famille, mais un drame survient…  Ce premier roman noir fait alterner en courts chapitres le point de vue et les motivations des trois personnages principaux. Il décrit finement un monde de mensonges et de faux-semblants. Un couple dominé par l’homme, une mère ambiguë et cruelle, une amie perturbant un équilibre tout en apparence : voilà les ingrédients. L’enquête et les interrogatoires d’une inspectrice sagace nourrissent plusieurs pistes aux rebondissements multiples. Le lecteur, horrifié, est maintenu en haleine par l’auteure qui sait instiller progressivement doute et suspicion. Un scénario bien rythmé, une intrigue puissamment menée soutiennent un suspense nourri de violence. Quelques révélations de secrets d’enfance alimentent les fissures profondes du mariage, de la maternité et de l’amitié. Une étude psychologique efficace. (J.D. et B.T.)