La Traversée des contes.

DEVENNE François

Dans le pays d’Ojana, tous les hommes sont pĂȘcheurs mais la mer n’a pas voulu de lui
 D’une expĂ©rience malheureuse, il est revenu des lĂ©gendes plein la tĂȘte, devenant le meilleur conteur du village. Autour de l’arbre Ă  palabres, il captive ses auditeurs avec des histoires recueillies de la voix du vent qui parle au coeur des hommes. Autour de leur quĂȘte d’amour, d’amitiĂ© ou d’absolu, leur destin est toujours guidĂ© par des animaux, tels la mythique licorne ou l’aigle dans « le pĂȘcheur de conte », qui entretiennent avec eux des relations symboliques.

 

Comme dans son premier roman, Trois rĂȘves au mont MĂ©rou (NB aoĂ»t-septembre 2003), l’auteur articule ces quatorze contes autour de la faune et de la flore dĂ©crites, avec poĂ©sie et luxuriance, dans une osmose intrinsĂšque entre la nature et l’Africain. On perçoit chez l’écrivain, qui habite le Kenya, une fascination pour la tradition orale africaine et ses lĂ©gendes imprĂ©gnĂ©es de magie, d’onirisme et d’animisme ancestral. À condition d’avoir gardĂ© intacte sa facultĂ© d’émerveillement, on se laisse volontiers prendre par ce rĂ©cit Ă  l’écriture limpide.