La pyramide de boue : une enquĂȘte du commissaire Montalbano

CAMILLERI Andrea

Un cadavre, dans une canalisation gĂ©ante sur un chantier factice, est rĂ©vĂ©lĂ© par la prĂ©sence d’une bicyclette. C’est le comptable d’une entreprise de BTP et, bien sĂ»r, Montalbano et son Ă©quipe (Catarella plus gaffeur que jamais) qui enquĂȘtent. Difficile de s’y retrouver tant la rĂ©alitĂ© est fuyante, les responsabilitĂ©s diffuses, les imbroglios enchevĂȘtrĂ©s. S’ajoutent une trĂšs jolie femme, dĂ©sormais veuve, et une vieille qui l’épie
 Deux familles mafieuses rivales et un pactole dissimulĂ© dans un lieu hyper secret conduisent Montalbano Ă  la rĂ©solution de l’énigme.   TrĂšs en verve, bien que son commissaire se sente vieillir – source de mĂ©lancolie et de tristesse -, Andrea Camilleri (Nid de vipĂšres, HdN aoĂ»t 2018) se lance dans une critique caustique de la corruption, pyramidale et boueuse, et des institutions, symbolisĂ©e par la fange dans laquelle patauge la police. ComĂ©die dramatique oĂč la mort menace tous ceux qui refusent d’accepter le systĂšme mafieux. Chantage, meurtre, soudoiement, tout paraĂźt probable. L’auteur prĂ©tend ĂȘtre dans la pure fiction, mais ses lecteurs le connaissent bien
 Un excellent Montalbano. (M.Bi. et M.-C.A.)