La maison en haut du monde

DESHORS Sylvie, LARNICOL Solenn

Tomi, 11 ans, et son père sont réfugiés dans la montagne, loin du reste du monde devenu désertique et hostile. Grâce à des graines emportées de leur ancienne vie, leur jardin est prospère et les animaux qui les entourent sont amicaux. Un jour le père décide que leur maison est devenue trop grande pour eux. Il est temps de descendre dans la vallée, chercher d’autres personnes pour partager leur havre de paix. Arrivent des gens un peu perdus, des enfants, un bébé, des migrants… que Tomi  accueille de son mieux. Le partage des tâches n’est pas toujours facile, l’idée de constituer un cirque va les fédérer.   Ce quatrième roman, utopique, de l’autrice est destiné aux enfants de huit ans, qui ignorent encore le monde apocalyptique dans lequel ils vont vivre. Est-ce nécessaire de les informer si tôt ? Les aquarelles tout en douceur et parfois humoristiques de cette trop petite arche de Noé ne parviennent pas à effacer cette proche fin d’un monde. Par ailleurs, l’excès de bons sentiments de l’histoire peut lasser. (J.G. et M.-F.L.-G.)