La fugue.

SIGWARD Valérie

& &

 

Fuir la lugubre maison de ses parents o√Ļ il se sent¬† seul, inutile et sans valeur depuis le suicide de son fr√®re a√ģn√©¬†; ne rien dire, pas m√™me √† Zeb, son meilleur copain qui cultive les bizarreries, telle est, dans sa d√©tresse, l‚Äôintention de Th√©o. Il s‚Äôy prend maladroitement, mais la rencontre fortuite avec Marie, l‚Äôex-petite amie de son fr√®re, l‚Äôam√®nera √† se cacher dans la chambre de la jeune fille o√Ļ les rejoindront la soeur de celle-ci et Zeb. Ensemble, pour consoler les parents, ils r√©digeront une fausse lettre d‚Äôadieu du fils disparu. Th√©o renoncera-t-il alors √† La fugue¬†?

 

Fid√®le √† ses habitudes (Cf. Immobile, N.B. oct. 2004), l‚Äôauteure place ses personnages dans une situation path√©tique, elle leur pr√™te le langage cru et le comportement souvent rugueux des jeunes d‚Äôaujourd‚Äôhui. Mais sous ces apparences frustes, transparaissent¬†‚Ästet l√† r√©side la force de ce court roman¬†‚Ästla sensibilit√© et la sinc√©rit√© des sentiments de ces adolescents.