La Fraga.

SALLENAVE Danièle

√Ä la fin du XIXe si√®cle, Mary Gordon prom√®ne dans Venise sa jeune √©l√®ve. Fille d’un pasteur de la Nouvelle-Angleterre, pauvre et cultiv√©e, elle est la gouvernante d’une jeune fille riche et doit lui faire d√©couvrir les arts et les monuments de la ville. Un accident de sant√© l’emp√™che de retourner en Am√©rique. Alors d√©bute pour elle une existence libre, pleine de d√©couvertes. Elle abandonne son mode de vie rigide pour s’adonner √† sa passion, le dessin. Dans cette Venise √©blouissante, grouillante, foisonnante, elle lutte pour survivre et peindre. Elle √©volue dans un univers d’artistes insouciants, enti√®rement tourn√©s vers leur art. Avec eux, elle part pour Vienne et revient √† Venise avec un enfant. Bataille d’une jeune femme ind√©pendante, artiste, non mari√©e‚Ķ Elle ach√®ve sa vie enti√®rement consacr√©e √† l’art, c√©l√®bre. Un beau livre un peu dense de Dani√®le Sallenave, f√©ministe et bonne sp√©cialiste de l’Italie, d’o√Ļ surgit le portrait d’une femme √©tonnamment moderne, pleine de passions. On retrouve la m√™me analyse subtile des √™tres humains que dans son pr√©c√©dent roman, D’amour (N.B. mai 2002).