La dette

GUMUCIO Rafael

Santiago du Chili, 1990. Fernando est un producteur de cin√©ma reconnu. Issu d’un milieu modeste, il est mont√© au plus haut de l’√©chelle sociale en √©pousant la ravissante Fernanda, grande bourgeoise dont la famille pro-Pinochet n’a pas souffert du retour de la d√©mocratie. Il pense r√©aliser, enfin, le film de sa vie quand il d√©couvre les malversations de son comptable et ami. Son univers feutr√© s’√©croule. Sa quasi-faillite l’oblige √† une v√©ritable remise √† plat. Trois ann√©es de questionnements sur le sens de son existence, son couple, ses convictions politiques et religieuses. Surmontant les √©preuves, il devient un autre homme.¬†N√© en 1970, le Chilien Rafael Gumucio enseigne la litt√©rature √† New York. Il a v√©cu en exil durant la dictature Pinochet. Dans La dette, roman inspir√© d’un fait r√©el qui a secou√© la presse dans les ann√©es quatre-vingt-dix, il d√©nonce avec violence et humour les pratiques de corruption et tous les compromis de ses compatriotes. Comme un cam√©raman, il observe ses personnages lors de courtes s√©ances, √©maill√©es de nombreux dialogues dans le langage assez cru du monde de la communication. La r√©silience du h√©ros offre une soupape bienvenue √† la description d’un univers √©triqu√© plut√īt glauque.