La chance de l’√©crivain

LODGE David

Affable compagnon, notre ami David Lodge (Des vies √† √©crire, NB avril 2015) ! Fils exemplaire, mari fid√®le, p√®re d√©vou√© d’un fils handicap√©, catholique pratiquant, enseignant consciencieux, gestionnaire avis√©… Mais aussi h√©doniste amateur de sauna ou de voyages ¬ę¬†surclass√©s¬†¬Ľ, √† l’oeil vif et malicieux. Il poursuit et termine ici une autobiographie, allant de 1970 √† 1985. De cette √©poque, il raconte tout ce qui a rempli ses jours : sa vie familiale, ses amis, sa carri√®re, ses romans successifs, les coulisses du Booker Price, les adaptations t√©l√©vis√©es, ses affres √† l’attente du verdict du public ; et m√™me, d√©taill√©s, ses achats immobiliers !¬†¬†¬†555 pages serr√©es. Des centaines de noms : parents, coll√®gues, √©tudiants, amis, acteurs, chroniqueurs litt√©raires (redout√©s), personnages de ses romans. C’est beaucoup. Et pour un lecteur fran√ßais, allusions, doubles sens restent parfois lettre morte. Mais le narrateur est si pr√©sent qu’on regarde vivre avec curiosit√©, et bient√īt sympathie, cet homme talentueux. Sous nos yeux, il √©crit, se r√©jouit, d√©plore, retrouve la chance qui l’accompagne, passant bient√īt d’une vie provinciale universitaire au succ√®s international. Voici une occasion rare de suivre l’√©laboration d’une oeuvre litt√©raire notoire, racont√©e avec une authenticit√© √©vidente. (M.W.)