Jusqu’au dernier

FELIX J√©r√īme, GASTINE

Lorsque les sabots du cheval de Russel le m√®nent au ranch de William Hattaway, c‚Äôest pour constater que son ami repose six pieds sous terre, et que sa veuve vient de le rejoindre. Reste leur fiston, que Russel emm√®ne avec lui. Celui-ci grandit parmi les cow-boys, au gr√© des convois de bestiaux que Russel et son second m√®nent √† travers les plaines. Une vie dure, √† l‚Äôabri de ses protecteurs, qui bascule lors de leur halte √† Sundance : un accident dramatique bouleverse le destin de ces cow-boys, dont l‚Äôactivit√© √©tait d√©j√† remise en cause par l‚Äôarriv√©e du chemin de fer.¬†¬†La grande √©pop√©e de l‚Äôouest am√©ricain, et la concurrence du train, qui signe la fin des convois et des cow-boys, sont le th√©√Ętre de ce drame poignant. F√©lix et Gastine signent un one shot magnifique. Le dessin soign√© des paysages sauvages et des mines patibulaires est digne des grands films classiques du genre. Du sc√©nario suinte la souffrance de ces durs √† cuire, perdus dans un monde o√Ļ ils n‚Äôauront bient√īt plus leur place, et o√Ļ m√™me la tendresse de la vie de¬† famille leur est refus√©e. Chapeau. De cow-boy ! (A.J. et C.D.)