Jusqu’au dernier. (Trois et l’Ange ; 2.)

MORVAN Jean-David, COLOMBO Pedro

& &

 

Les personnages présentés dans le premier album Les éphémères (N.B. août-sept. 2005) étaient originaux, l’histoire étrange et débordante d’imagination. Trois êtres aux pouvoirs surnaturels : Garance dont la présence s’immisce artificiellement dans les souvenirs des gens rencontrés, un homme qui sait lire dans l’esprit de celui ou celle avec lequel il fait l’amour, le dernier enfin qui se dédouble : femme le jour, homme la nuit. Sous l’impulsion d’un mystérieux Ange, les voilà confrontés à d’inexplicables morts en série d’hommes tous identiques, les éphémères, qui chaque matin se clonent et doivent tuer leur double.

 

Ce deuxième tome, au graphisme dans la continuité du précédent, donne la clé de l’énigme sans que le lecteur y retrouve l’invention débridée initiale. Le récit tombe dans un sanguinolent “grand guignol” sans légèreté tandis que les capacités exceptionnelles du trio interviennent peu (ou avec un mauvais goût à la limite du graveleux) dans le déroulement du récit. Déception donc pour une histoire qu’on attendait plus passionnante et plus créative.