Jeanne d’Arc fait tic-tac.

GRAN Iegor

Tous les soirs le bar du coin est comble pour entendre les histoires d’Oncle Guillaume. Elles tournent toutes autour des horreurs qui nous viennent de là-bas (les États-Unis) et pourrissent notre île (la France). Les manuels d’histoire déformés, c’est eux, la désinformation aussi, la nourriture contaminée, également… Il n’apporte aucune preuve à ses dires ? Qui va le contrer ? Celui qui a essayé s’est retrouvé K.O… Un jour, évidemment, la France excédée par ces maltraitances venues de là-bas envoie un contingent en Floride pour « libérer » les « dollars » (les Américains) opprimés. C’était une erreur tactique, voire une boucherie ? Qu’importe, le gouvernement fait une volte-face et tout rentre dans l’ordre.

 

Si on lit ce livre au premier degré, il est agaçant : l’histoire est pitoyable, l’hyperbole poussée à l’extrême, le franchouillard antiaméricain, vantard, jobard, ridiculisé à gros trait. Il faut y voir, rappelant O.N.G. (NB février 2003), une satire des clichés véhiculés par le « politiquement correct ». De l’humour, des trouvailles, mais aussi des longueurs.