Le prix du pardon.

MOREL Jean Michel

&

 

Louis a dix ans en 1890, Ă  New York. Il est le fils d’un Irlandais, policier, et d’une Bretonne, ouvriĂšre militante : un couple d’immigrants aux engagements respectifs incompatibles. Devenu orphelin, l’enfant est confiĂ© Ă  un mĂ©tis franco-indien au passĂ© chaotique mais Ă  la pĂ©dagogie efficace : il lui apprend l’art Ă©questre, la connaissance du bĂ©tail, le maniement des armes, talents indispensables Ă  la survie de Louis qui y ajoutera celui de sĂ©ducteur. Son parcours d’aventurier le conduit dans l’Ouest, au Mexique, Ă  Hollywood, puis Ă  Paris. Voltigeur au cirque Bouglione, modĂšle de Picasso, il flirte avec les milieux nihilistes et anarchistes avant d’Ă©chouer au bagne de Guyane, payant quelques errements pendant la Guerre de 14 ; et se retrouve en Bretagne – enfin – en 1927.

 

À bride abattue, on suit le “hĂ©ros” (plus escroc que Zorro) dans ses exploits
, on rencontre des personnalitĂ©s attendues, on survole le panorama politique, sociologique, culturel des temps et pays Ă©voquĂ©s, superficiellement analysĂ©. On en oublie le prĂ©texte initial de ce long roman au style banal, Ă  l’intrigue aussi peu convaincante que Porteurs d’orage (N.B. dĂ©c. 2003) : la recherche touchante d’une mĂšre devenue mythique.