Je ne retrouve personne

CATHRINE Arnaud

Quand son fr√®re le lui demande, l’√©crivain Aur√©lien Delamare accepte de mauvaise gr√Ęce d’aller passer le week-end seul √† Villerville pour mettre en vente la maison familiale abandonn√©e apr√®s l’installation de leurs parents dans le Midi. Ce retour sur le pass√© ranime des souvenirs intimes douloureux : un a√ģn√© tyrannique, des copains harceleurs, des parents peu pr√©sents, et pour finir une rupture amoureuse d√©chirante. Peu √† peu le jeune romancier s’installe dans un isolement m√©lancolique propice √† l’introspection. Les jours, les semaines passent…¬†Comme dans Le journal intime de Benjamin Lorca (NB f√©vrier 2010), un √©crivain √† l’approche de la quarantaine dresse le bilan en demi-teinte de son existence. On s’attache √† ce personnage en d√©pit de ou √† cause de sa faiblesse psychologique, de son manque d’indulgence envers lui-m√™me, et de son penchant pour la boisson. √Ä l’unisson avec l’asociabilit√© du h√©ros et son engourdissement affectif progressif, la m√©lancolie distill√©e par le d√©cor de vill√©giature normande en hiver est √©voqu√©e avec talent. Grande est l’habilet√© de l’auteur qui ne nous lasse jamais avec un personnage pourtant au bord de la d√©pression.