Les Hautes Falaises ou les quartiers d’hiver (2)

GOUX Jean-Paul

Simon a demand√© √† ses amis Cl√©mence et Charles de l’√©couter sans l’interrompre. Il avait d’abord r√©dig√© des lettres √† leur attention pour mieux fixer ses souvenirs, mais ne les avait jamais envoy√©es. Apr√®s quarante ans de silence, Bastien, le gar√ßon qui le fascinait en sixi√®me puis en terminale, a t√©l√©phon√© et veut le revoir. Inlassablement Simon revient sur l’amiti√© qui les avait li√©s, sur sa rupture brutale.

Un roman tout entier tourn√© vers l’introspection, sur le travail de m√©moire, et qui d√©gage un charme √©trange. Il faut en admettre le rythme lent, les minutieuses descriptions des lieux et des gestes, les interrogations sur chaque attitude : comment faut-il les interpr√©ter ? Les longues phrases, tr√®s proustiennes et parfaitement construites, s’accordent √† la recherche √©perdue d’une v√©rit√© qui se d√©robe.

M.F. et M.Ma.