Indira Gandhi.

LA BORIE Guillemette de

On la croyait immortelle, mais le 31 octobre 1984, Indira Gandhi meurt de vingt-quatre balles tir√©es √† bout portant. Ses cendres seront dispers√©es au dessus des Himalayas. N√©e en 1917 dans un empire des Indes sous domination britannique, Indira appartient √† la haute caste des brahmanes et est √©lev√©e dans la double culture hindoue et occidentale selon qu‚Äôelle se rend dans les salons de sa m√®re ou dans les appartements de son p√®re. Fait de la splendeur de la r√©sidence familiale, des √©tudes √† Oxford comme des prisons de Poona, son destin hors du commun est tiss√© de vie familiale, conjugale et politique. Nehru, Gandhi, le po√®te Tagore forment celle qui, d‚Äôabord dans l‚Äôombre de son p√®re, puis √† la t√™te de parti du Congr√®s, devient ‚ÄúMother of India‚ÄĚ, une femme au diapason d‚Äôun pays multiple qu‚Äôelle gouverne d‚Äôune main ferme.

 

Guillemette de la Borie publie une biographie qui va à l’essentiel, vive et attachante ; portrait d’une femme volontaire, éminemment politique, que des photographies et quelques anecdotes familiales rendent plus proche.