Ils ont abattu les grands arbres

JAIS-NIELSEN Kurt

Courtisée par Paul, son ami d’enfance, Eva, normalienne, n’est pas satisfaite de sa vie parisienne. C’est dans la richesse des rencontres dans un village au bord du Lac Ruhondo au Rwanda qu’elle trouve l’apaisement. Anéantie par le sauvage assassinat de ses amis tutsis lors du génocide, la jeune femme oscille entre désarroi, vengeance et responsabilité envers Jean, le fils orphelin de son amie Solitude.

 

Ouvrant sur un meurtre et l’instruction qui s’ensuit, le roman de Kurt Jais-Nielsen, mathématicien et financier, mélange tous les genres. Le coeur de l’ouvrage sur le génocide rwandais et les différentes réactions des protagonistes est intéressant et crédible. Les manipulations politiques et économiques à l’échelon international dans ce monde mafieux, les imbrications entre rebelles et expatriés, acteurs de la terreur indicible, sont glaçants. Trop de détails de dates et de lieux encombrent cette honnête enquête policière menée par un inspecteur atypique. On peine à s’attacher à cette jeune archéologue douée, à l’enfance dorée, mélancolique puis dépressive au retour d’Afrique et à son entourage familial ou amical stéréotypé. Même sa tentative de reconstruction par le footing sonne faux. Trop ambitieux pour convaincre. (S.D. et B.T.)