Ghost in love

LEVY Marc

Thomas est un jeune pianiste de talent et de renommée internationale. Son père, mort il y a cinq ans, surgit tout d’un coup sous l’apparence d’un fantôme qui s’immisce dans la pensée de son fils, lui raconte sa vie passée et l’existence de Camille, sa bien-aimée pendant trente ans, qui vient de mourir à son tour. Il demande à Thomas de subtiliser l’urne funéraire de Camille et de mélanger ses cendres aux siennes afin d’être unis pour l’éternité. Mission difficile.  Marc Lévy, dont la notoriété n’est plus à faire (Une fille comme elle, NB juillet-août 2018), écrit des romans depuis vingt ans. Celui-ci est le vingtième ; la qualité n’est pas au rendez-vous. L’histoire abracadabrante est contée avec autant d’invraisemblances que de chapitres. Le pauvre fils en oublie ses concerts et discute dans le taxi ou au restaurant avec le spectre de son père, dans les rues de Paris ou de San Francisco, créant des situations ubuesques. La rencontre avec la famille de la défunte dont la fille, charmante libraire, lui confie la mission d’animer musicalement la crémation, est déconcertante. Un roman en forme de conte sans grand suspense. (C.M. et C.G.)