Extérieur monde

ROLIN Olivier

Nostalgie, nostalgie ! Parvenu Ă  un Ăąge oĂč l’on commence Ă  se retourner sur sa vie, Olivier Rolin (Le mĂ©tĂ©orologue, HdN octobre 2014) Ă©grĂšne, Ă  partir de carnets collectionnĂ©s au fil des ans, ses souvenirs d’une existence bien remplie. Journaliste et Ă©crivain ayant beaucoup roulĂ© sa bosse – Sarajevo, Mongolie, mer Noire, Russie, Buenos-Aires, Soudan, Chine, pĂŽle Nord, et bien d’autres endroits encore –, il revient sur nombres d’évĂ©nements et de personnages  qui l’ont marquĂ©. C’est un livre sur « le monde et l’éloignement du monde », Ă©crit de façon Ă©clatĂ©, – un style qui lui est coutumier – qui mĂ©lange pĂȘle-mĂȘle dans un joyeux dĂ©sordre descriptions de paysage, destins d’hommes, rĂ©fĂ©rences littĂ©raires, rĂ©flexions existentielles. « Coeur d’artichaut », l’auteur s’est bien souvent enflammĂ© devant la beautĂ© et la grĂące fĂ©minines et offre d’innombrables et magnifiques portraits de femme. Cette Ă©numĂ©ration Ă  la PrĂ©vert serait un peu monotone voire fastidieuse si l’on n’y dĂ©couvrait quelques trĂšs belles pĂ©pites et l’écriture Ă©lĂ©gante que l’on connaĂźt Ă  cet auteur. (M.-N.P. et J.M.)