Et si les oeuvres changeaient d’auteur ?

BAYARD Pierre

Shakespeare ne serait-il pas le comte d’Oxford, Edward de Vere, plut√īt que le fils d’un boutiquier, s’est demand√© Freud ? Ne serait-ce pas Corneille qui aurait √©crit Don Juan plut√īt que Moli√®re, suppose-t-on parfois ? Tout auteur est multiple, √† la fois homme, cr√©ateur, et image construite par les lecteurs. Romain Gary, alias √Čmile Ajar, s’est lui-m√™me jou√© de toutes ces facettes, alors, pourquoi ne provoquerions-nous pas des changements d’attribution ?

 

Comment parler des livres que nous n’avons pas lus (NB mars 2007), s’√©tait d√©j√† demand√©, pour notre plus grand plaisir, Pierre Bayard, universitaire, professeur de litt√©rature fran√ßaise. Bien au-del√† d’un truc p√©dagogique, l’auteur propose ici un jeu litt√©raire, plus s√©rieux qu’il n’y para√ģt, tant il suscite de d√©couvertes et √©largit le champ des r√©flexions. En attribuant L’√Čtranger √† Kafka, Le Cuirass√© Potemkine √† Hitchcock, ou le c√©l√®bre tableau, Le Cri, √† Schumann, il change les perspectives et incite √† une recr√©ation. On le suit, avec bonheur, dans ses fantaisies anachroniques mais argument√©es et tout √† fait convaincantes, m√™me s’il faut parfois faire une recherche pour retrouver l’auteur r√©el…