Esther

BRUNEAU Olivier

Anton et Maxine sont les parents d’un ado en plein tsunami hormonal. Eux sont au bord de la crise conjugale. Au retour d’un dîner, ils distinguent dans une ruelle un corps féminin inanimé au milieu des poubelles. Elle est mal en point mais il n’y a pas de doute possible, c’est un robot sexuel : une lovebot. Un peu plus…

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je me connecte

S'inscrire | Mot de passe perdu ?

Pas encore de compte ?

Je m'abonne