El Negro et moi.

WESTERMAN Frank

Exposer dans un mus√©e un corps humain empaill√© est une atteinte √† la dignit√© humaine ; s’il s’agit d’un Noir, c’est aussi un acte raciste. L’auteur, jeune N√©erlandais sp√©cialis√© en agrochimie tropicale, d√©couvre en 1983 au mus√©e d’histoire naturelle de Banyoles, en Catalogne, le corps d’‚Äúel Negro‚ÄĚ, un Bushman mort dans les ann√©es 1830, et m√®ne une v√©ritable enqu√™te sur vingt ans pour conna√ģtre l’histoire de cet homme. Au cours des hasards de sa formation dans la coop√©ration, √† la Jama√Įque, en Bolivie et en Sierra Leone, il d√©couvre la complexit√© du racisme. Son p√©riple se termine en Afrique du Sud en 2004, c’est le point culminant d’un choc des cultures qu’il vit intens√©ment.

 

Frank Westerman, qui nous avait d√©j√† int√©ress√©s avec Ing√©nieurs de l’√Ęme (NB mai 2004), √©crit un r√©cit qui retrace l’histoire des th√©ories, n√©es au XIXe si√®cle, sur les races et sur l’√©volution de l’homme. On suit volontiers ces recherches complexes racont√©es avec vivacit√© et humour. Ce livre a re√ßu le prix Goldene Eule (comparable au Goncourt pour les Pays-Bas et la Belgique).