Double vie.

PARKS Tim

Mari√©, deux enfants, il √©tait bon avocat et tr√®s cavaleur. Nomm√© juge, il d√©cide de ne plus batifoler, s’ach√®te une belle maison, pense retrouver une vie de famille exemplaire : la r√©ussite tranquille et affich√©e ! Mais voil√†, sa fille traverse une crise aigu√ę d’adolescence, une de ses ex l’appelle au secours et, comme c’est un faible au grand coeur, il se fait embarquer dans des complications pas possibles. L’histoire est donc tout √† fait classique m√™me si l’on ajoute que ce juge est noir et son ancienne ma√ģtresse cor√©enne. C’est sans compter avec le style et la ma√ģtrise litt√©raire de l’auteur d√©j√† signal√©s dans ses pr√©c√©dents romans dont Adult√®re et autres diversions (NB juillet 2000). Nous assistons √† la vie quotidienne du juge. Au cours d’un proc√®s ou b√™tement au volant de sa voiture, nous l’√©coutons penser, gamberger, perdre le fil de ses id√©es (et nous donc !), les retrouver (nous aussi ?) et ce avec d’autant plus d’intensit√© que tout est √©crit √† la troisi√®me personne. Une r√©ussite qui se m√©rite.