Doggerland

FILHOL Élisabeth

Dans la soirée du 5 décembre 2013, Xaver, une tempête d’une violence inouïe, surgit de l’Antarctique. Cumulée avec des marées de fort coefficient, cette « bombe météorologique » menace les côtes de l’Europe, de l’Ecosse à la Scandinavie. Bravant les risques, Margaret Ross, enseignante en géologie à Saint Andrews, décide de prendre l’avion pour le Danemark. Dans le cadre d’un congrès, elle doit y faire un exposé sur le Doggerland, territoire de la Mer du Nord immergé depuis huit mille ans, devenu un enjeu économique de par ses ressources énergétiques. Elle retrouve Marc son amour de jeunesse.  Ce roman dénonce les dérives de l’ultralibéralisme. Dans un style particulièrement lyrique, Elisabeth Filhol réaffirme sa sensibilité écologique comme dans ses précédents ouvrages (Bois II, NB décembre 2014). Elle inventorie minutieusement les répercussions environnementales des interventions humaines : les forages effectués pour installer les plateformes offshore fragilisent les fonds marins, la création des fermes éoliennes fatales à la faune locale. Les connaissances scientifiques, les champs lexicaux des différentes disciplines sont assimilables à un tsunami qui fait écho au séisme personnel ressenti par les deux principaux protagonistes à l’attirance compulsive mais que des idéaux inconciliables avaient séparés. (A.-C.C.M. et F.L.)