Dieu Jr.

COOPER Dennis

Tommy, dix-sept ans, est mort dans l’accident. Jim, son père qui conduisait, s’en est sorti. Paraplégique, il travaille dans une petite entreprise qui n’embauche que des éclopés de la vie et met toute son énergie à élever un mausolée en hommage à son fils. Tommy, fumeur d’herbe, fanatique de jeux  vidéo, avait laissé de drôles de dessins. C’est l’un d’eux qui sert de modèle au monument. Mais une société de jeux électroniques accuse Jim de plagiat. Tout s’effondre. Pour quitter la vie réelle, « un vrai monde de merde », et retrouver Tommy, Jim se défonce avec des joints et pénètre dans le monde virtuel qu’aimait son fils. Dans son oeuvre, Dennis Cooper se montre sensible à tout ce qui trouble et enchaîne jusqu’à la destruction (Défaits, NB janvierr 2004). Ici, la tendresse et le désespoir se cachent sous les sarcasmes et l’ironie avec ce qu’il faut d’âpreté pour donner le ton juste. Dommage que la dernière partie du livre, une sorte de délire, se situe à l’intérieur même d’un jeu vidéo où le lecteur perd pied rapidement.